6 sep 2022

Gabber, hautbois et champignons : Björk dévoile “Atopos”, premier extrait de son prochain album

Björk fait enfin son grand retour. Quelques semaines après avoir annoncé la sortie imminente de son dixième album Fossora, prévue pour le 30 septembre, la chanteuse islandaise en dévoile le premier extrait accompagné d’un clip, intitulé Atopos. On y découvre le nouvel univers imaginé par l’artiste de 56 ans : un monde souterrain peuplé de champignons et de mousse, de clarinettes et hautbois, et d’un duo indonésien de gabber.

Chaque nouvelle ère de Björk est l’occasion d’une véritable réinvention, portée par l’incarnation d’un nouveau personnage et l’entrée dans un nouvel univers imaginés. De la galaxie et les virus pour son album Biophilia (2011) au paradis pastel et cotonneux peuplée d’immenses fleurs exotiques d’Utopia (2017), son dernier opus en date, en passant par la plongée introspective et déchirante dans son cœur brisé par son divorce dans Vulnicura (2015), l’auteure-compositrice-interprète ne cesse d’explorer de nouveaux territoires au fil des cycles de sa riche carrière. Cinq ans après la sortie de son neuvième album studio, elle dévoile aujourd’hui Atopos, le premier extrait de son prochain opus Fossora. Une fois de plus, le tableau de ce chapitre inédit dans son œuvre est planté avec minutie. Comme annoncé en août dans une interview pour le quotidien The Guardian, la nouvelle ère de Björk sera souterraine, emplie de champignons, de mousse et d’humus, d’étranges oignons et bulbes évoquant un retour à ses racines islandaises induit par le contexte sanitaire de ces dernières années. Tous ces éléments apparaissent dans le clip de ce premier titre, réalisé par Viðar Logi : la chanteuse s’y dévoile dans les profondeurs d’une grotte, le visage teinté de taches telluriques rouge sang ou bien vêtue d’une robe moussue Burberry vert pomme, en train de danser avec enthousiasme en compagnie de la nouvelle équipe de musiciens constituée pour cet album.

 

Après les envolées célestes portées par les arrangements de flûtes et chants d’oiseaux d’Utopia, Björk s’approche davantage, par les harmonies et la structure d’Atopos, des sonorités de son septième album Biophilia, paru il y a onze ans. La chanteuse allie ici les mélodies dissonantes d’un sixtet d’instruments à bois, clarinettes et hautbois à l’appui, avec les rythmes gabber de Kasimyn, moitié du duo Modus Operandi issu de la scène rave indonésienne, qui a élaboré un style à mi-chemin entre les rituels de transe originaires de Java, la musique noise, l’électro et le metal. Au fil des trois minutes et demi du titre, les beats montent en puissance avant de fermer le morceau dans une explosion frénétique. “Are these just excuses to not connect?” (Sont-ce là des excuses pour ne pas se connecter?”) y entonne Björk, puis enchaîne “If we don’t grow outwards towards love / We’ll implode inwards towards destruction” (“Si nous ne grandissons pas vers l’extérieur et l’amour / Nous imploserons à l’intérieur, vers la destruction”) avant de conclure “Hope is a muscle that allows us to connect” (“L’espoir est un muscle qui permet à cette connexion d’advenir”), terminant le titre par une note positive. “Parfois, lorsque j’aime vraiment quelqu’un, confiait l’artiste au Guardian, j’écris des paroles interrogatives que je déguise en mes propres doutes, parce que j’ai envie d’être sympathique – mais il s’agit en réalité de leurs doutes.”

 

Prévu pour sortir le 30 septembre prochain, le dixième album de Björk comportera treize morceaux au total dont plusieurs seront des duos, avec le chanteur serpentwithfeet et même ses propres enfants, l’aîné Sindri Eldon et la cadette Ísadóra Bjarkarsdóttir Barney. Sur ses réseaux sociaux, Björk a explicité le titre de l’opus, Fossora, un néologisme tiré du terme latin fossor qui signifie “creuser, fouiller”, féminisé par la chanteuse pour qualifier “celle qui creuse”, à l’image du personnage elfique campé par l’artiste au milieu d’un décor sombre et terreux sur la pochette de l’album. En amont de sa sortie, l’Islandaise aujourd’hui âgée de 56 ans dévoile une série de neuf podcasts, chacun consacrés à l’un de ses albums. Il y a quelques jours, elle dévoilait les trois premiers épisodes de ce programme dédiés à Debut, Post et Homogenic, ses premiers albums solo sortis dans les années 90, replongeant dans les coulisses de leur création et explicitant les symboles associés à chacune de ces ères. Un contenu riche en attendant de découvrir l’intégralité de ce nouveau projet musical de l’artiste, qui promet d’être aussi dansant qu’Atopos le présage. Sur son compte Instagram, Björk recommande d’ailleurs au sujet de ce premier extrait : “Au vu de l’importance énorme des basses dans ce morceau, pourriez-vous l’écouter très fort ?”.

 

 

Björk, Atopos, disponible. Premier single extrait de l’album Fossora, prévu pour le 30 septembre 2022.